litiges électoraux: l’UFDG menace de déclencher des séries de mouvements si des « voix volées » ne sont pas retournées


Près d’un mois après les communales, le pays reste toujours en proie à des contestations et tensions politiques avec des risques de perturbations sociales et économiques.

C’est en tous cas l’avis de plusieurs observateurs qui considèrent la situation préoccupante après la sortie tranchante du Ministre de la justice, Cheick Sako, rejettant toute demarche de revenir sur les résultats tant sollicités par le chef de file de l’opposition guinéenne.En effet,  Cellou Dalein Diallo a, lors de son discours à l’assemblée ordinaire de son parti de ce samedi 03 mars 2018, avertit que : « le prix de la paix passe par la restititution des voix volées ». Plus loin, le leader se voulant plus ferme martèle : « Si ce qui est volé n’est pas retourné, il n’y aura pas d’installation des chefs de quartier, il n’y aura pas de mairie. C’est le prix à payer. C’est non-négociable ».

Affaire à suivre


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Solve : *
29 ⁄ 1 =