Manifestation de rue à Conakry: Quand Ousmane Gaoual souhaite carrément la fin du régime d’Alpha CONDE


Le ton est donné par les femmes guinéennes. Aucune hypothèse n’est désormais à écartée sur l’issue des crises qui secouent notre pays au regard de l’immense rejet qui frappe l’actuel chef de l’État et son RPG arc-en-ciel.

Tous les feux de la contestation sont allumés. Dans les rues de Conakry, de l’intérieur du pays ou sur internet, fleurissent des banderoles  et autres supports portant des slogans  comme « Alpha ZÉRO », « Alpha Corrompu », « Alpha footé kha Waliké » etc.

Il est donc illusoire d’exclure le pire. Y compris une révolte généralisée contre Alpha Condé et son clan, qui le conduirait à abandonner le pouvoir. Une chose est sure, les crises sont telles qu’on ne peut plus rien maîtriser. Remettant au goût du jour l’expression  qui dit que « les coups d’État, on les prépare ; mais les révolutions et les insurrections on les subit. »

Le chef de l’état est seul, abandonné de tous depuis le début de son second mandat. 30 mois, c’est le temps qu’il aura fallu à Alpha Condé pour offrir le visage du président naufragé qu’il est, au fond, incapable de fixer un cap et de convaincre ses concitoyens.

Son gouvernement officiellement conduit par Youla est aux abois. Miné par une majorité corrompue occupée à la prévarication de nos ressources, donnant l’image que le général ne peut plus contrôler sa troupe. Même si la crise provoquée à la Cour Constitutionnelle sous le regard indifférent du chef de l’état, après celle  arrivée à bout de Bakary Fofana à la CENI viennent révéler les intentions à peine cachées du président pour se pérenniser au pouvoir.

 La Guinée est au bord du chaos. Les entreprises nationales croulent sous une fiscalité exorbitante et désordonnée. Le président de la république est hué à chacune de ses apparitions publiques. La crise dans l’éducation s’amplifie, laissant planer le spectre d’une année blanche. Les forces de défense et de sécurité sont sous pression à force de tuer sur ordre leurs frères et sœurs guinéens. Et pour couronner le tout, l’opposition est déterminée à récupérer ces voix volées lors des municipales du 4 février dernier.

Alpha Condé discrédité par ses reculades à répétition (lutte contre la corruption, lutte contre l’impunité etc.). Son incapacité à tenir ses engagements ont fait qu’aucun de ses interlocuteurs ne lui fait plus confiance. Impuissant devant la grogne politique et sociale qu’il subit de toutes parts, le chef de l’État paie avant tout son échec après avoir réussi à la fois à saper les institutions démocratiques et à casser les fondements de l’État de droit basé sur la confiance. 

C’est donc le retour du bâton pour un président de la République qui aura trompé les guinéens durant sa campagne présidentielle en maquillant la gravité de la crise sociopolitique et économique;  et qui a toujours fait la sourde oreille face aux mécontentements plus que légitimes des Guinéens. Et à l’allure des choses, il est rattrapé par la réalité des choses et n’a qu’une seule alternative: s’aménager une sortie en douceur ou couler.  C’est la fin de partie pour Alpha!

Ousmane Gaoual  Député  Vice-président de la Commission Défense et Sécurité. 


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Solve : *
27 − 8 =