Guerre de leadership: Kadiatou Bah exige le départ de Aboubacar SOUMAH du siège du SLECG


Après  l’attaque du siège du SLECG à Donka, l’autre secrétaire générale du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée, Mme Kadiatou Bah a animé hier jeudi 09 août à Conakry, une conférence de presse pour apporter des précisions face aux occupations faites contre elle par l’équipe d’Aboubacar Soumah.

Au  cours de cette rencontre, la dame Kadiatou Bah, secrétaire générale du SLECG, est montée aux créneaux contre cette accusation et va jusqu’à menacer le groupe   d’Aboubacar Soumah de  libérer les locaux sans délai dont -il se reclament propriétaire.

« Je rappelle que le siège du  SLECG n’a pas été cambriolé. Cependant nous avons plutôt été agressés par les loubards envoyés par Aboubacar Soumah. On ne peut pas continuer à attendre, au moment où  le siège mis sous scellé presque 8 mois de cela que ces gens continuent de tenir leur rencontre. Nous avons introduit une plainte au tribunal de de première instance de Dixinn pour résoudre ce problème, mais  jusqu’ici sans réponse. Alors nous ne pouvons plus rester désormais à attendre quelque chose qui n’arrive pas », a-t-elle déploré.

Face au manque d’une résolution définitive de cette affaire par la justice, Mme Kadiatou Bah trouve inadmissible l’occupation des locaux du SLECG par M. Soumah et son équipe depuis plusieurs mois. Un fait qui, selon elle, contribue à saper les bases de ce mouvement syndical de l’éducation.

« Nous ne comprenons pas pourquoi tout ce tohubohu jusque-là qui vise à saper les bases du SLECG et de l’USTG. En dehors de tout ce tintamarre, les intéressés se permettent d’occuper illégalement les locaux du SLECG, construit par le premier secrétaire général, en l’occurrence le camarade Louis M’bemba Soumah avec un financement de la coopération canadienne, sur la base d’un projet préparé et suivi par le camarade le Dr Ousmane Wora Diallo, premier secrétaire général adjoint d’alors », a indiqué Kadiatou Bah.

Dans la même optique, elle a réitéré l’engagement de son équipe à toujours œuvrer du côté de l’USTG, car « enfanté par elle ».

« Nous considérons dès cet instant que cette décision devra permettre aux intéressés (Aboubacar Soumah et à son équipe) de déguerpir très rapidement le siège du SLECG », a martelé la secrétaire générale du SLECG, Mme Kadiatou Bah.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here