La facilitation du dédouanement des marchandises de secours en période épidémique au centre d’une rencontre sous régionale à Conakry


Le troisième atelier sous-régional du projet C-RED entendez la douane dans la lutte contre les maladies épidémiques a démarré ce lundi  à Conakry. C’est une initiative de l’Organisation Mondiale des douanes financées par le ministère des affaires étrangères des Pays-Bas. Renforcer la cohésion régionale dans les situations de crises humanitaires c’est le thème central de cette rencontre de trois jours. Cet atelier fait suite aux autres organisés dans le même cadre à Freetown et à Dakar.

Durant trois jours les participants venus du Mali, du Sénégal, du Nigeria, de la sierra Leone, de la Guinée et du Libéria ainsi que de l’organisation mondiale de la douane, du bureau de la coordination des affaires humanitaires des nations unies débattront sur le bilan du projet C-RED, la suite à donner au projet en Afrique entre autres.

Pour  Samson Binaya experts de l’organisation mondiale des douanes: « l’objectif global du projet c’est de préparer les administrations des douanes et toutes les parties prenantes à la gestion des éventuelles crises, bien que nous ne souhaitions pas qu’il ait des crises mais il faut être prêt » affirme-t-il.

Ce projet  permettra de développer une prise de conscience des difficultés liées au dédouanement des marchandises de secours et des solutions envisagées.  Samson Binaya revient sur ses différentes étapes: « fourniture d’équipement de base pour la protection individuelle des administrations membres sélectionnées, soutien au renforcement des capacités des administrations douanières pour optimiser la libération des biens de secours dans le cas d’épidémies régionales et désastres naturels basés sur les meilleures pratiques internationales » explique l’expert de l’organisation mondiale des douanes.

Le ministre du budget de la Guinée parle des attentes des gouvernements des différents pays bénéficiaires de ce projet: « les résultats auxquels vous allez aboutir permettrons de développer l’approche régionale de dédouanement des marchandises de secours et les outils de communication permettant la gestion de futurs crises épidémiques. Aussi vos travaux permettront d’identifier les défis à relever et les meilleures pratiques recommandées aux autres pays de la région vos discussions porteront sur la gouvernance  post  projet et les engagements de chaque partie prenante » à déclarer Guinée Ismel Dioubaté.

Pour le Directeur général des douanes Colonel Toumany Sangaré il faut aussi renforcer le contrôle pour que parmi ces n’envoies pas de secours, des marchandises s’infiltrent pour réduire les recettes sur lesquels  les États comptent pour exécuter leurs projets de développement.

Oumar Camara