Indice de perception de la corruption 2018 : la Guinée améliore légèrement son classement


Transparency International, une ONG internationale qui lutte contre la corruption, vient de publier  ce 29 janvier, son classement de l’indice de perception de la corruption  (IPC) pour le compte de l’année 2018. Dans ce classement, nous pouvons constater que « La lutte contre la corruption est au point mort dans la plupart des pays ».

Pire, l’étude révèle, l’incapacité chronique de la plupart des pays à contrôler efficacement la corruption qui est un facteur contribuant au recul de la démocratie dans le monde. Cela s’explique par l’ « effondrement » des institutions étatiques censées jouées un rôle actif dans le processus démocratique  par l’effet pervers de la corruption.

Cette triste réalité peut nous renvoyer à un constat général : Dans un pays, plus le niveau de corruption est élevé moins la démocratie est évoluée ou encore les pays les plus corrompus sont les moins démocratiques.

Pour s’en rendre compte, il suffit de parcourir ce tableau de Transparency International qui fait le classement de 180 pays sur une échelle de 0 à 100 en tenant compte de leur niveau de corruption.

Dans ce tableau, les démocraties bien établies obtiennent en moyenne un score de 75 points/100 ; les démocraties imparfaites un score moyen de 49/100 ; les régimes hybrides – présentant des éléments de tendance autocratique – arrivent à un score de 35/100 ; et les régimes autocratiques enregistrent des scores résultats qualifiés de faibles atteignant à peine 30 points/100.

Nous pouvons également constater que la Guinée a amélioré son classement en gagnant juste une place pour s’établir au 138ème rang mondial sur 180 avec 28 points contre 27 l’année passée.

A savoir que l’Indice de perception de la corruption, créé́ en 1995, est un indicateur  qui met en relief le niveau de la corruption dans le secteur public. Il est annuellement publié par l’ONG internationale Transparency International.

Maurice Condé /AG Guinée émergence